Revalorisation of african spirituality, knowledge and traditions

We need to reconnect with our african history and traditions and to glean all ancient medieval and ancestral traditions and cultural expressions that once made Africa powerful and mighty.

This will provide a window into the past and glorious history of  Africa which slavery and colonisation have almost obliterated, and will return to the people on the continent their stolen pride.

Being truly independent is being in control of how one thinks, meditates and communicates with others and the world.

Language and religion have been the most pervasive tools of control on the African people and using of imported languages and religions have probably been the most devastating factors of submission and impoverishment of the entire african sub saharan continent. 

Thanks to the renaissance of movement across the continent, Africans are realising the need to emancipate culturally as a prerequisite for the development of the whole continent. 

There is no video clip yet

Avancées notables dans la construction

En pays Bamiléké, les maîtres batisseurs érigent une Grande Case Royale grace à une perfecte connaissance de la géometrie spatiale et une ingénieuse coordination du travail.

Ceci confirme que l'Afrique possède bel et bien tous les germes et ressources nécessaires pour son propre dévéloppement

La construction d'une Grande Case Royale à Bandjoun, signe de l'expression de la culture authentique Bamiléké avec:

"Zero docteur"

"Zero ingenieur"

"Zero Bacc + 5".

Ces cases ont été construite par des ingenieurs et des experts en bâtiment de la civilisation Grassfields-bantu, qui étaient formés pendant plus de 5 ans (oui les maîtres bâtisseurs et charpentiers professionnels sont une profession avec années d'apprentissage et spécialisations et connaissances en architecture et matériaux de construction, etc.

NB: Dans la tradition et l’histoire de construction des Grandes Cases Royales , il faut toujours un groupe de maitres bâtisseurs (ingénieurs et architectes) pour établir les fondations et les mesures topographiques de base pour implanter puis construire une Grande Case Royale. En d’autres termes, toute affirmation qu’il n’existait pas un corps professionnel d’experts bien formés pour réaliser de tels projets est juste une ignorance.

Développement et expansion des techniques agricoles dans l'Afrique prehistorique

L’Afrique est loin d’être ce continent qu’on présenta longtemps comme ayant reçu l’essentiel de son développement culturel et pastoral. Certes, pas plus que l’Europe ou l’Asie, l’Afrique des temps anciens n’a été fermée aux apports extérieurs ; certes aussi, dans sa partie septentrionale, elle partage avec l’Europe et l’Asie l’appartenance à un domaine méditerranéen qui eut naguère plus de continuité écologique qu’il n’en a aujourd’hui.

Il demeure cependant vrai que le continent africain a connu des développements agricoles et horticoles originaux fondés notamment sur la domestication de végétaux qui lui étaient propres et dont le reste du monde a d’ailleurs jadis bénéficié, notamment les sorghos.

Et si, dans quelques parties de l’Afrique, cueillette et chasse sont longtemps restées des bases de la subsistance, ce n’est pas le fait d’un attardement mais c’est plutôt le résultat d’une abondance et d’une diversité des ressources spontanées qui permirent aux hommes de vivre aisément dans leurs écosystèmes sans avoir nécessairement à les transformer en les domestiquant.

''Les efforts des peuples d’Afrique pour conquérir ou renforcer leur indépendance, assurer leur développement et affermir leurs spécificités culturelles, doivent s’enraciner dans une conscience historique rénovée, intensément vécue et assumée de génération en génération.'' [Ki-Zerbo, J., Histoire générale de l'Afrique, I: Méthodologie et préhistoire africaine, Ed UNESCO, Vol 1, p17]